6 fevrier 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

6 fevrier 2017

Message par Admin le Lun 6 Fév - 15:00

LU 

« L'espérance »
La gloire dans laquelle Christ se trouve est la juste récompense de cette justice, comme elle en est la preuve. «Car nous, par l'Esprit, sur le principe de la foi, nous attendons l'espérance (la gloire espérée) de la justice» (Galates 5v5). Pour nous, c'est par la foi, car nous n'avons pas encore la chose espérée, savoir la gloire due à la justice qui est nôtre; mais Christ la possède, de sorte que nous savons ce que nous espérons.
C'est par l'Esprit que nous connaissons cette gloire, et que nous avons l'assurance de la justice qui nous donne le droit de la posséder.Le chrétien ne cherche pas la justice devant Dieu comme un homme qui ne la possède pas: il est la justice de Dieu en Christ.


+


« Suis-je toujours joyeux? Est-ce que je prie sans cesse et rends grâces en toutes choses? »
Quand un voile s'élève entre nous et Dieu, lorsque quelque chose ne va pas, la première bénédiction que l'ennemi nous enlève, c'est notre joie. Jésus voulait que nous possédions sa joie parfaite, et il a prié pour cela.
Cette joie est compatible avec les plus grandes souffrances, puisqu'il la possédait au moment de sa passion. C'est cette joie-là qu'il veut nous donner. Le plus merveilleux est de l'entendre nous dire: «Personne ne vous ôte votre joie». Cette joie de Christ doit devenir pour nous un trésor inattaquable, inviolable, que personne ne peut nous enlever.
Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ!
(Livre «Enracinés et Édifiés en Lui» de Gaston Racine)

+

Dans un monde qui est plongé dans le mal (cf. 1 Jean 5:19), où les épreuves s'accumulent et peuvent nous paralyser, peuvent fermer notre cœur, où les traumatismes nous rendent vulnérables, nous poussent au repli sur soi, demandez de l'aide au Christ, "et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous" (1Pierre 5.7) . Oui, nous sommes en Jésus fondamentalement capables de surmonter les difficultés, de nous dépasser, et de garder notre cœur ouvert. La paix soit avec vous ! 


+


LE HALLEL
La nuit qu'il fut livré, le Seigneur prit un repas avec ses disciples, "une Paque" si je puis dire, dans lequel il prit du pain, et ayant rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: "Prenez, mangez, ceci est mon corps". Il prit ensuite une coupe, et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: "Buvez-en tous; car ceci est mon sang, le sang de l'Alliance, qui est répandu pour Plusieurs, pour la rémission des péchés" (cf. Mt 26.27-28). C'était l'accomplissement de la prophétie de Daniel, qui dit sur le Messie d'Israël : "Il confirmera l'Alliance avec Plusieurs" (Dn 9.27).
[Note importante : beaucoup de gens, des pasteurs, des évangélistes, et des docteurs, des gens incompétents, appliquent cette magnifique prophétie messianique à un autre personnage. Oui, ils appliquent ce passage de l'Ecriture à un antichrist. D'après eux, il fera une alliance de paix de sept ans (cf. une semaine) avec les Juifs, et il brisera cette alliance après trois ans et demi, au milieu des sept ans, en faisant cesser les sacrifices d'un soi-disant "troisième temple" à Jérusalem. J'ai déjà expliqué dans mes études, et je l'assume pleinement, pourquoi leur interprétation, qui jette une grande confusion dans la prophétie messianique de Daniel (Dn 9.24-27), est véritablement absurde, pour ne pas dire blasphématoire. Quiconque lit la prophétie du prophète dans son ensemble, dans son contexte historique, comprendra qu'il est seulement question de la ville de Jérusalem, du Second Temple, des Romains, et de l'Oint [Jésus] retranché (Dn 9.26), qui a confirmé l'Alliance annoncée par les prophètes (Ps 50.5; Is 61.8; Jr 31.31; Ez 34.25; Ma 3.1) avec Plusieurs durant la semaine de son ministère, et qui au passage a fait cesser, en mourrant sur la croix, après trois ans et demi de ministère, les sacrifices du Temple (Mt 27.51; Hé 10.18). Le Temple qui a été détruit par les Romains en l'an 70 (Mt 24.2,15; Lc 21.20). De plus, le texte hébreu est plutôt obsur, difficile à comprendre, et ne peut être compris qu'en le complétant avec des verbes sous-entendus : "Il confirmera l'Alliance avec Plusieurs [dans, pendant, pour] une semaine et à la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l’offrande..."
Tous ceux qui vous disent que ce passage parle d'un antichrist etc... se trompent et vous trompent. Plus grave encore, ils contredisent le Seigneur ! J'espère que cela nous vous a pas échappé, mais lorsque le Seigneur dit : "le sang de l'ALLIANCE qui est répandu pour PLUSIEURS", il fait expressément allusion à Daniel 9.27]
Quoi qu'il en soit, après le repas, le Seigneur et ses disciples chantèrent des cantiques (Mt 26.30), des cantiques appelés par les Juifs "Hallel", des cantiques composés de 6 Psaumes (Ps 113 à 118). Le Hallel est chanté le premier soir de Pessah, c'est-à-dire la Pâque, et aussi à Shavouot et à Soukkot. Je vous invite à lire et à chanter ces Psaumes en famille et entre frères et sœurs en Christ.
Le Psaume 113 parle de la bonté de Dieu envers les faibles.
Le Psaume 114 parle du Dieu Puissant qui change le rocher en étang, le roc en source d'eau.
Le Psaume 115 parle du Dieu véritable et des idoles.
Le Psaumes 116 parle d'un homme extrêmement affligé, parle de Christ tout simplement.
Le Psaume 117 est un appel à une louange universelle (Voir Rm 15.11).
Le Psaume 118 parle de la pierre rejetée qui est devenue la principale de l'angle, savoir Jésus (Mt 21.42), la pierre angulaire sur laquelle s'appuie l'Eglise, le Temple du Dieu vivant (Ep 2.20-22).


[Note sur la Pâque: on sait aujourd'hui, notamment par la découverte des manuscrits de la mer Morte en 1947, de la communauté de Qumrân, et aussi par le livre des Jubilés, que les enfants d'Israël avaient deux calendriers liturgiques depuis l'exil de Babylone jusqu'à l'époque de Jésus et des apôtres. Je ne vais pas entrer dans les détails, mais vous devez savoir qu'à l'époque du Second Temple, certains Juifs célébraient la Pâque selon un ancien calendrier solaire de 364 jours, celui qu’ils avaient reçu de Moïse, tandis que les autres Juifs, la majorité, célébraient la Pâque avec un calendrier lunaire, qu'ils avaient reçu après leur déportation à Babylone, et qui était devenu le calendrier officiel d'Israël, le calendrier des chefs de la théocratie. Du coup, la Pâque de l'ancien calendrier n'était pas forcément fêtée le même jour que la Pâque officielle des Juifs. Et il y a des raisons sérieuses de croire que certains apôtres de Jésus ne suivaient pas le calendrier légal des chefs de la théocratie de Jérusalem mais bien l'ancien calendrier de Moïse. Néanmoins, il n'est pas impossible que certains Juifs, même les apôtres, suivaient les deux calendriers, et célébraient deux fois la Pâque. Ça reste à voir. En tout cas, cet étonnant concours de circonstances a permis au Seigneur Jésus de manger une Pâque avec ses disciples (Lc 22.15), juste avant de mourir sur la croix, juste avant que les Juifs mangèrent la Pâque (Jn 18.28)]

Admin
Admin

Messages : 71
Date d'inscription : 01/01/2017
Age : 48
Localisation : belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://lbibj.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum